Attention pollution

Photo: Paul Harris

Tout n’est pas rose à Londres, et d’ailleurs aujourd’hui tout est plutôt gris. La faute au smog, ce brouillard de pollution qui empoisonne tout le sud-est de l’Angleterre. Ici on vient de conseiller aux enfants de ne pas sortir dehors à la récré de midi, et le premier ministre David Cameron a même renoncé à son jogging matinal. Car comme dans d’autres villes européennes (Paris, Bruxelles ou Amsterdam), les niveaux de pollution ont atteint 9/10  – “very high” – cette semaine. Ce sont les Pékinois qui doivent rigoler!

Image 5

Carte: DEFRA

La raison de ce pic: la pollution des voitures, usines et maisons a été exacerbée par une tempête dans le Sahara (le sable du désert a recouvert les voitures britanniques) et par une zone de haute pression sur l’Europe du nord. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai passé la matinée à lire des articles sur le smog, mais j’ai les yeux et la gorge qui piquent.

Le pire dans cette histoire, c’est que cela fait des années et des années que les autorités savent qu’il y a un énorme problème, mais ne font rien pour le régler – ou même l’amoindrir. Le UK va devoir payer des amendes de £300m par an, et doit comparaître devant la cour européenne, car il n’a pas réussi à réduire les niveaux de NO2 malgré plus de 15 ans d’avertissements et de nombreux sursis.

Selon la commission européenne, les niveaux de pollutions excèdent les normes recommandées dans plus de 16 zones du pays: Greater London, the West Midlands, Greater Manchester, West Yorkshire, Teesside, the Potteries, Hull, Southampton, Glasgow, the east, the south-east, the east Midlands, Merseyside, Yorkshire & Humberside, the west Midlands, and the north-east – en gros tout le pays sauf l’Écosse et les Cornouailles!

Londres a les plus hauts niveaux de NO2 de toutes les capitales européennes, malgré la fameuse congestion zone (il faut payer £10 pour pouvoir avoir le droit de conduire au centre-ville). Et le maire de Londres, Boris Johnson ne fait absolument rien pour y remédier, à part tenter de bidouiller les chiffres et de coller la pollution au sol et d’acheter des arbres. Aujourd’hui il a dit: “I cycled this morning and it seemed perfectly fine to me”.

Grâce au site How Polluted is My Road, préparé par la députée londonienne verte Jenny Jones, vous pouvez voir les niveaux de pollution rue par rue, école par école à Londres:

Image 6
Pour plus d’info, lisez le site de l’organisation Clean Air in London et la page du Guardian sur la pollution. Il y a aussi tout plein de photos plus déprimantes les unes que les autres par ici. Si vous voulez dire au maire ce que vous en pensez, remplissez donc ce sondage de TFL (vous avez jusqu’au 13 avril pour le faire).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s