La nuit tombée

L’autre jour je suis tombée par hasard sur une carte de l’Europe la nuit un peu comme celle ci-dessus. Et cela m’a frappé de voir que le Royaume-Uni était illuminé à ce point. Pas comme l’Espagne ou la France, avec un gros point pour leur capitale, et une grande ligne pour leurs côtes. Grâce aux cartes montrant le pays la nuit, avec les villes illuminées et les campagnes toutes noires, on arrive à voir à quel point l’Angleterre est urbanisée… et comment elle est organisée.

Il y a quelques années un astronaute italien, Paolo Nespoli, a pris de très belles photos du pays depuis la station spatiale internationale:

article-2004130-0C9634F300000578-574_964x1028

Le UK se déroule devant nous, avec Londres, l’étoile qui brille le plus bien sûr, tout en bas – entourée de ses villes satellites. On se demande combien d’années encore faudra-t-il pour que le sud-est tout entier se fasse engloutir par la mégalopole? À l’ouest, Bristol et Cardiff scintillent, au nord, Birmingham, puis Liverpool-Manchester, une espèce de colonne vertébrale avec Nottingham, Sheffield, Leeds, et enfin Newcastle brillent de tous leurs feux. En Écosse, la région de Glasgow à Edinbourg forme une sorte de frontière lumineuse avant la nuit des Highlands et des îles du Nord. Voilà ce que ça donne quand on met tout ça à plat:

Image 12
Carte: Avex 2011

Et si l’on s’approche de Londres de plus près (peut-être avez-vous déjà eu la chance de voir ceci depuis un avion), la capitale devient nébuleuse, poétique, irrésistible pour les petits moucherons que nous sommes…

article-2004130-0C96369B00000578-152_964x638

Cette photo est prise depuis le nord, et l’on reconnaît l’aéroport d’Heathrow à droite, et la boucle de la Tamise autour de l’Isle of Dogs (Canary Wharf) sur la gauche… Et le cercle de l’autoroute M25, un serpent lumineux autour de la ville.

Quand j’ai emménagé à Londres, j’ai d’abord eu l’impression que les rues résidentielles, en dehors des grandes artères, étaient beaucoup moins éclairées que celles dont j’avais eu l’habitude jusque là – peut-être parce qu’elles m’étaient inconnues. Mais depuis, je trouve qu’ici il ne fait jamais vraiment nuit – même quand comme ces jours-ci le soleil se couche vers 16h. Par temps clair, la nuit, on voit seulement une poignée d’étoiles – et énormément d’avions passer.

Il y a une espèce de lumière diffuse, un ciel gris qui prend une teinte jaune (le ‘skyglow’) à cause aux lampadaires londoniens. Un vrai gaspillage de lumière et d’énergie, qui coûte cher et qui perturbe les animaux sauvages… Pour voir comment le sky glow affecte vos vues sur la galaxie, faites un tour sur Need Less, le site d’une organisation combattant la pollution lumineuse au Royaume-Uni, où il y a un simulateur très intéressant qui vous montre la différence entre Londres et le reste du pays. Ou alors, pour voir les étoiles en paix, il faudra vous exiler sur les Îles d’Orkney.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s