Les JO de A à Z

Cette semaine c’est déjà les JO sur Londres Calling… Et oui plus que quelques mois avant les Jeux Olympiques d’été de Londres 2012, et il y a tellement de choses a dire sur les games, comme on dit ici, que je vous ai préparé un abécédaire des points forts des jeux. Voici les JO de A à Z

Anneaux

Les villes olympiques ont pour habitude d’accrocher les anneaux géants des JO aux endroits les plus symboliques possible – ainsi Sydney avait accroché les siens sur le Sydney Harbour Bridge, et Beijing sur la place Tienanmen. À Londres, ils sont accrochés depuis l’année dernière dans la gare de St-Pancras:

Image 8

Cet dans cette gare qu’arrive l’Eurostar de Paris, et que partiront les navettes rapides pour le parc olympique de Stratford. Le maire de Londres, Boris Johnson, restant fidèle à sa réputation de blagueur, a inauguré les anneaux de St-Pancras en mars 2011 en disant: “How appropriate that the first great symbol is going to be here in St. Pancras International. So that the first thing anyone sees when they arrive on the Eurostar is a gentle and tactful reminder to our French friends that London won the right to host the Games in 2012.” (C’est vraiment de circonstance que le premier grand symbole des JO se trouve ici à St Pancras International. Comme ça la première chose que les gens verront en arrivant en Eurostar est un gentil rappel à nos amis les Français que c’est Londres [et non Paris] qui a gagné le droit d’accueillir les JO en 2012.)

Depuis décembre dernier, les anneaux sont aussi accrochés à l’entrée du tunnel sous la Manche, côté France. Et depuis quelques semaines on les trouve même aux Kew Gardens.

Des anneaux olympiques mesurant 11m par 25m se sont également promenés sur une barge sur la Tamise, pour marquer le début des festivités culturelles… Ils réapparaîtront juste avant les JO, et permettront aux touristes de prendre le symbole olympique en photo devant toutes sorte de bâtiments, de Westminster à St Paul en Passant par Canary Wharf…

Image 7 Image 10

Dans quelques semaines, on trouvera aussi les anneaux accrochés sur Tower Bridge. Ils seront réctractables pour permettre aux grands bateaux de passer sous le fameux pont comme d’habitude…


B
illets

La promesse du comité organisateur, le LOCOG, c’était de rendre 75% des 8.8 millions de tickets accessibles au public britannique, avec les deux tiers des places coûtant £50 ou moins. Pour avoir une chance de gagner des places, vendues dans une espèce de loterie géante, il fallait s’organiser très tôt – tout s’est joué l’année dernière, avec un système plutôt compliqué, comme je vous l’avais expliqué. Plus de 1.8 millions de Brits ont joué à cette loterie, les deux-tiers n’ont pas réussi à gagner de place (comme le maire de Londres, ou le nageur et champion olympique Tom Daley). Ils ont eu la priorité quand le surplus de billets à été mis en vente la semaine dernière.

Image 12

Malgré la taille des salles, il semblerait que les places soient plus rares que l’on avait pensé. Par exemple, pour la finale du 100m, le stade a une capacité de 80,000 personnes. Mais il n’y a en fait que 58,500 places disponibles, à cause des grands écrans et caméras (qui prennent 4,500 et 3,000 sièges respectivement), journalistes (10,000 sièges) et des athlètes et leur familles (2,000 sièges). Sur les 58,500 places, seules 21,700 sont réservées au public britannique (les autres ont été vendues en Europe et ailleurs). On comprend que les Londoniens soient déçus: eux qui payent en impôts et en inconvéniences les jeux n’auraient la chance d’acheter que 21,700 places sur les 80,000 annoncées au début…

Tout n’est pas perdu pour autant: il reste encore 1.5 millions de billets pour les matchs de football (en vente le 23 mai à 11h), qui on lieu à travers tout le pays, et quelques centaines de tickets qui seront vendus en mai-juin lorsque la capacité des salles sera finalisée. Et enfin, il reste énormément de packages avec le fournisseur officiel Thomas Cook, comme des billets pour un match de volleyball + hôtel à £99 par exemple. Je vous conseille de faire un tour sur le site London 2012 Tickets pour être au courant de tout.

 

Cérémonies

Il paraît qu’un milliard de téléspectateurs (15% de la population mondiale) a regardé la cérémonie d’ouverture de Beijing 2008 en live. C’est dire que les enjeux sont grands – toute l’image du pays se joue sur cette première soirée, qui cette année devra faire avec un budget et une échelle beaucoup moins spectaculaire que ceux des Chinois. Voici des volontaires en train de répéter:

Image 17

Les organisateurs ont choisi Danny Boyle, le réalisateur responsable de films tel que Trainspotting, 28 Days Later, Sunshine, 127 hours and Slumdog Millionaire, comme maître de cérémonie. Quand au responsable de la cérémonie de clôture, Kim Gavin, c’est un chorégraphe et artiste qui a produit les plus grands concerts du fameux Boys band Take That et de Robbie Williams.

Ils travaillerons sous la houlette de Stephen Daldry, metteur en scène et réalisateur de film comme Billy Elliot, The Hours et The Reader; Mark Fisher, responsable des décors des plus grands concerts de rock du monde – ceux des Rolling Stones, The Wall de Pink Floyd, de Kà du Cirque du Soleil, et de Beijing 2008. Bref, des poids lourds. Selon Daldry, leur tâche est équivalente à produire 165 comédies musicales en même temps; ils ont donc du pain sur la planche.

Le programme de la soirée est top secret, bien sûr. Tout ce que l’on sait pour le moment c’est que Danny Boyle a choisi pour thème cette citation de Caliban, tirée de la pièce The Tempest de Shakespeare: ‘Be not afeared. The isle is full of noises.’ [N’ayez pas peur. L’île est pleine de bruits.]

Le spectacle, qui coutera £27m et durera 4 heures, verra une équipe de 12,000 personnes se démener pour représenter leur pays et son ‘histoire, sa diversité, son énergie, sa créativité, son intelligence’ (voir plus de chiffres ici). Il contiendra une cloche géante; la musique du groupe Underworld, et beaucoup d’humour anglais apparemment. Selon certaines rumeurs, Paul McCartney, Elton John, Take That and la danseuse Darcey Bussell participeraient à la cérémonie. Il y aurait aussi des peintres, des grandes balles de zorbing, des BMX, laser et même des bicyclettes avec des ailes.

Développement durable

La ville de Londres a  gagné le droit d’organiser les Jeux en grande partie grâce à son projet olympique centré sur le développement durable – ou comme on dit ici, sustainability. Ainsi, ils ont décidé de réutiliser énormément de bâtiments existants afin de ne pas construire ce qu’on appelle ici des white elephants (projet inutiles et coûteux, laissés vides après l’évènement). Un projet qui fait donc attention à ne pas reproduire les erreurs du passé de nombreuses villes olympiques à travers le monde.

Les épreuves auront lieu dans toutes sortes de bâtiments: des palais de congrès comme ExCeL (boxe, judo, ping pong, escrime, etc) et Earls Court (volleyball), des salles de concert comme Wembley Arena (basketball, gymnastique, badminton), mais aussi des hauts lieux sportifs de la capitale, comme Lord’s Cricket Ground (tir à l’arc), Wembley Stadium (finale de football) et Wimbledon (tennis bien sûr).

Image 19

D’autres épreuves, comme celles de voile et de canoë, auront lieu un peu en dehors de la capitale, à Weymouth par exemple. Quand aux matchs de football (à part la finale) ils se dérouleront à travers tout le pays, de Manchester à Coventry.

Ils en ont profité également pour utiliser des lieux mythiques qui feront de très belles images publicitaires pour la ville: à Greenwich Park auront lieu les épreuves équestres et le pentathlon:

Image 3

à Regent’s Park auront lieu les épreuves de cyclisme sur route; à Hyde Park auront lieu certaines épreuves de natation (marathon, triathlon); et à Horse Guards Parade auront lieu les épreuves de beach volley (ils doivent y déposer 3,000 tonnes de sables et construire 15,000 sièges temporaires).Voilà à quoi cela ressemblera:

Image 18

Toutes les nouvelles constructions  – avec de nombreux bâtiments écolos, et facilement adaptables aux futurs besoins de la capitale, se concentrent donc dans le Parc Olympique de Stratford, dont je vous parlerai plus bas…

Les six buts du projet de ‘legacy’ (héritage) des JOs sont:
– faire du UK une nation sportive par excellence (champion, participation massive et sport à l’école)
– transformer le coeur de l’est de Londres
– inspirer une nouvelle génération de jeune à participer à des projets de volontariat, culture et activité physique
– faire du Parc Olympique un model de développement durable.
– montrer que le UK est un endroit créatif et accueillant
– déveloper les opportunités et les choix des personnes handicapées.

Bref ils en ont du pain sur la planche! Mais pour le moment le CIO est impressionné.


E
ffet

C’est trop tôt pour savoir si le comité organisateur va atteindre ses buts et transformer la ville de manière positive, mais par contre on a déjà été prévenu de l’effet des JO pendant deux semaines cet été, lorsque 15,000 athlètes, 21,000 journalistes et 8,8m de visiteurs ayant obtenu des billets vont devoir se déplacer en ville. Ville dont les transports publics sont déjà saturés et dont les grandes gares ferment pour overcrowding (surpeuplement) au moindre petit match de foot.

En un mot: cela va être le b^$&$&l! Toutes compagnies basées dans le centre ont demandé à leurs employés de remplir un questionnaire sur la manière dont ils viennent au bureau, et leur ont demandé de réfléchir à des plans B (dont le télétravail bien sûr). Il y a même un site web, Get Ahead of The Games, avec tout plein de suggestions pour tenter de prévenir l’écroulement des infrastructures pendants les deux semaines fatidiques… Vous avez sûrement vu les posters:

Image 20

Image 21

Les habitants ont également reçu des brochures détaillant les fermetures de passages piétons et modifications de carrefours et circulation causée par la création de voies spéciales VIP pour les membres du tout puissant comité olympique, la mafia la plus occulte au monde. Le comité et ses apparatchiks pourront circuler en limousine avec chauffeur, les athlètes en bus. Pas étonnant que beaucoup d’Anglais partent en vacances pour éviter tout ça… Il y aura moins de touristes aussi, selon les chiffres des jeux précédents à Beijing et ailleurs.

Pour en savoir plus sur les relations entre Londres et le CIO, lisez cet article de Vanity Fair,  regardez un peu le contrat qu’a signé Londres et qui n’a été rendu public qu’après moultes réclamations. En gros le CIO engrange les bénéfices et les privilèges, et Londres obéit.

 

Facture

La facture des JO, lorsque Londres a gagné en 2005, était estimée à £2.37 milliards. Aujourd’hui le coût officiel des JO pour l’état britannique est monté à £9.3 milliards (un montant qui inclus toutes les dépenses de sécurité et transport). Certains officiels prédisent que la facture réelle à la fin des JO s’élèvera à £11 milliards.

Image 6
  http://engtechmag.wordpress.com/

Comme l’explique le secrétaire à la culture Jeremy Hunt,  ‘You can take two attitudes to the Olympics. You can say, these are times of austerity, and therefore we should pare them down as much as possible. Or you can say, because these are times of austerity, we need to do everything we possibly can to harness the opportunity.’ (On peut avoir deux attitudes face aux JOs. On peut, c’est une période de crise, et donc on devrait les réduire au minimum. Ou on peut dire, parce que c’est une période de crise, on doit faire tout ce que l’on peut pour utiliser cette opportunité au maximum). Et j’ajouterai que les Anglais sont partagés, fifty-fifty, dans ces deux camps.

Selon Tony Travers, du London School of Economics, le jeu en vaut la chandelle: “The advertisement for British planning, architecture, design, project management and building is extraordinarily good. This will undoubtedly send a message that Britain is good at delivering big projects on time.” (La publicité pour l’organisation, l’architecture, le design, la construction et le management britannique est extraordinaire. Cela va sans aucun doute promouvoir le UK comme étant très fort à livrer de gros projets dans les meilleurs délais).

Et puis il y les petits blagueurs qui disent: “I’d pay it all over again to see the faces on the French Olympic bid team when the results were announced.” (Je payerai tout cela à nouveau juste pour voir la tête de l’équipe française [favorite] quand ils ont perdu les JOs)

Games Makers

Plus de 240,000 personnes ont envoyé leur candidature pour devenir Games Maker, c’est à dire volontaire, aux JO de Londres. Les organisateurs en ont interviewé 100,000, et sélectionné 70,000. Les futurs Games Makers se sont rencontrés à des sessions de préparation comme celle-ci à Wembley, avec Sebastian Coe, ancien sportif d’élite et chef du LOCOG.

Gamesmakers

Ces 70,000 Games Maker, venus du UK et d’ailleurs, ont décidé de donner 10 jours de leur vie aux JO, travaillant 8 heures par jour en échange d’un uniforme, de bons-repas, d’un abonnement de transport gratuit à Londres – et la chance de pouvoir participer à cet évènement historique.

Image 2

Ils accueilleront les visiteurs, conduiront les athlètes et feront tourner les rouages de cet énorme rassemblement. Les plus jeunes et les plus chanceux auront le droit d’accomplir des tâches comme ratisser le sable pour les épreuves de beach volley ou ramasser les balles à Wimbledon.

Il y aura également 8,000 London Ambassadors. Placés près des grandes gares et attractions, ils aideront les visiteurs à s’orienter dans la capitale…


H
amburgers

Le Parc Olympique sera le paradis pour les fans de hamburgers et frites molles. En effet, il y aura au coeur du site le plus grand restaurant McDonald’s du monde, une structure temporaire de deux étages pouvant accueillir 1,500 affamés. Le géant du fast food, sponsor des JOs depuis 1976, pense qu’un visiteur sur dix du parc olympique viendra manger chez eux. Évidemment, cela n’a pas plu aux docteurs, qui se sont empressés de protester contre ce mauvais message (fast food et sport d’élite, un menu un peu bizarre il faut l’avouer) qui n’aide pas leur lutte contre l’obésité, en hausse au UK.

Image 6Image 7

Mais les autres sponsors des JO ne sont pas mal non plus: Heineken, Coca-Cola, BP, Acer, Dow Chemicals, EDF, BMW et Panasonic – pour la plupart des grandes multinationales avec un bilan social et environnemental extrêmement discutable. Beaucoup de ces compagnies vont installer des petits pavillons dans le parc olympique. J’ai hâte de découvrir Fuelling The Future de BP (la compagnie responsable, entre autres, de la marée noire du golfe du Mexique…).

Le sponsor le plus controversé est Dow Chemical, le propriétaire d’Union Carbide, responsable de la tragédie de Bhopal (20,000 morts), qui devrait fournir l’enveloppe textile du stade olympique, concue pour cacher les structures temporaire du bâtiment. Le sponsor qui m’a le plus énervée pour le moment est Visa. En effet seuls les gens ayant des cartes Visa pouvaient acheter des tickets des JOs. C’est tout simplement incroyable que ce monopole ne soit pas illégal…

Comme l’explique l’activiste Meredith Alexandre (voir cet article du Guardian sur les divers protestataires). ‘The Olympics was founded to promote peace and understanding between the peoples of the world. But the Olympics is also big business. There is an expensive machine behind the Games that is funded by corporate sponsors. Sadly when these sponsors are selected, money talks much more loudly than values.’ (Les JO ont été fondés pour promouvoir la paix et la compréhension entre les peuples du monde. Mais c’est aussi un gros business. Il y a une machine coûteuse derrière les Jeux qui est financée par des grands sponsors. Malheureusement, on choisi ces sponsors par rapport à l’argent plutôt qu’à leurs valeurs)

Ce à quoi le LOCOG répond: ‘Sponsors provide a huge amount of the funding required to stage the games. Without our partners such as McDonald’s, the games simply wouldn’t happen.’ (Les sponsors financent une énorme part du budget des Jeux. Sans nos partenaires comme McDonald’s, les Jeux n’existeraient tout simplement pas).

Illuminations

Les JOs, c’est vraiment l’occasion pour une ville et un pays de se retrouver sous les projecteurs des médias du monde entier. Un occasion à ne pas rater. Les Anglais ont donc décidés d’illuminer leur attractions les plus connues, pour profiter au maximum de cette attention. Ils vont projeter des anneaux et films sur Big Ben et le parlement de Westminster à Londres, mais aussi mettre en valeur des sites à travers tout le pays.

Image 8

Toutes sortes de spectacles et d’événements sont organisés pour le London 2012 Festival, qui commence le 21 juin. Les New Yorkais YesYesNo illumineront le mur d’Hadrian, dans le nord du pays, avec des centaines de ballons; l’artiste allemand Hans Peter Kuhn transformera la Chaussée des Géants, en Irlande du nord, avec son Flag Project; Stonehenge accueillera un spectacle autour du feu par les Français de la Compagnie Carabosse,… Selon le Telegraph, un des autres points fort du programme sera le spectacle pyrotechnique des Français des Commandos Percu à Windermere dans le Lake District (image ci-dessus).

Et il n’y en a pas que pour les yeux mais aussi pour les oreilles! J’attend avec impatience l’oeuvre de Martin Creed, Work No.1197: All the Bells, qui verra toutes les cloches du pays sonner en même temps aussi fort que possible pendant trois minutes à 8h du matin le vendredi 27 juillet, pour l’ouverture des JO. Une idée toute simple mais qui va résonner pendant longtemps, et qui permet au public de participer, avec ce qui leur tombe sous la main, leur clochette de vélo y compris.

Journalistes

Un des premiers bâtiment du parc olympique à être terminé en juillet 2011 fut le International Broadcasting and Media Centre, par les architectes Allies & Morrison. C’est un énorme hangar long de 275m (équivalent à six terrains de foot) qui accueillera 24h sur 24 les 20,000 journalistes (!) chargés de transmettre les jeux à 4 milliards de personnes autour du monde.

Image 11

Image 9

Le Centre comprend une salle de conférence de 700 places, 1 million de mètres carrés d’espace pour des bureaux, un énorme parking, et une ‘rue’ de restaurants. Le casse-tête des organisateurs, c’est qu’un bâtiment de cette taille était nécessaire, mais qu’il fallait trouver quelque chose pour le remplir une fois les JO terminés. La structure a donc été conçue pour être facilement adaptée et transformée (elle peut être séparée en 4 bâtiments) selon les besoins de ses repreneurs. Pendant un temps, on a espéré que la BBC installe les sets de son feuilleton Eastenders, mais cela n’a pas marché.

Bonne nouvelle: les offres de reprise des lieux ont été nombreuses, et cet été les organisateurs vont pouvoir choisir le gagnant. Cela sera soit iCity, une cité de l’innovation et campus de Loughborough University, comprenant un centre de cloud computing, des labos, des salles de classes, des studios de graphisme etc; soit le UK Fashion Hub, un centre de la mode et du textile qui rassemblera vendeurs, producteurs et créateurs et comprendra une école de mode.

Par ailleurs, d’autres lieux célèbres de la capitale ont d’ores et déjà été choisis par les différents pays participant pour impressioner les journalistes du monde entier et organiser leurs réceptions officielles: les Pays-Bas à Alexandra Palace, le Brésil à Somerset House, l’Allemagne au Musée des Docklands, la Suisse à Glaziers Hall au pied de London Bridge, la France à l’ancien marché aux poissons de Billingsgate, et la Russie à Marble Arch.

 

Kébab

Non non après les hamburgers je ne vais pas vous dire que l’on pourra manger des kébabs dans le parc olympique! (Quoique, il y aura un espace World Food apparemment).  Je veux vous parler du Olympic Kebab:

Image 2

Il fait partie d’une vague de compagnies du East End de Londres qui ont changé de nom à l’annonce de l’arrivée des JO. Vous pouvez voir des photos sur Time Out et Open Olympics

Image 13

Le problème, c’est que le copyright pour les noms London 2012 et Olympics semblent appartenir au CIO, et que la branding police est sur ses gardes: LOCOG doit s’assurer que ces mots ne soient utilisés que par les partenaires, fournisseurs et sponsors officiels (qui ont payé de belles sommes pour ce privilège…) On a donc prié certain cafés de changer de nom sous peine de poursuites judiciaires. Il y a même une zone d’exclusion de marques autour des principaux sites olympiques, ou les publicités pour des marques autres que celle approuvées par les organisateurs sont interdites. C’est fou non?

Pas étonnant que les business du coin s’énervent.


L
ogo

Lorsque le logo pour Londres 2012 a été dévoilé au public, une véritable avalanche de critiques est tombée sur les organisateurs et les designers Wolff Olins. Plus de 50,000 personnes ont signé une pétition demandant un nouveau logo, mais rien n’y fait, c’est bien celui-ci que l’on voit partout:

Image 6

Selon les organisateurs, The new emblem is dynamic, modern and flexible, reflecting a brand savvy world where people, especially young people, no longer relate to static logos but respond to a dynamic brand that works with new technology and across traditional and new media networks.’ (Le nouveau logo est dynamique, moderne et flexible, reflétant un monde accoutumé aux marques où les gens, surtout les jeunes, ne répondent plus aux logos statiques mais aux marques dynamiques qui marchent sur toutes les technologies et média). Selon les critiques comme Stephen Bayley, c’est ‘a puerile mess, an artistic flop and a commercial scandal (un gâchis puéril, un flop créatif et un scandale commercial).

Certains y voient Lisa Simpson, d’autres une swastika écrasée, et les Iraniens se sont plaint que l’on pouvait y lire le mot Zion. Il est disponible en tout plein de couleur différentes, et avec des photos ou graphiques différents à l’intérieur. Comme le remarque le blog We Made This, c’est un grand changement par rapport aux précédents logos olympiques, beaucoup plus traditionnels. Au niveau marketing, c’est une opération réussie, et même un triomphe. ‘Because of the success of the launch and the discussion through the internet we achieved within 18 weeks the level of recognition we were anticipating within 18 months,’ (Grâce au succès du dévoilement et des discussions sur internet nous avons atteint des niveaux de reconnaissance de 18 mois en seulement 18 semaines) dit Chris Townsend de LOCOG.

Personnellement je l’aime beaucoup, et je suis très contente qu’il soit plutôt abstrait et un peu fou. À la fois ‘brave, bold and challenging’ (courageux, hardi et provocateur) et de l’autre ‘brash, loud et awkward’ (impétueux, tapageur et maladroit), ce logo c’est un peu comme Londres quoi! Et puis quand on voit ce que les gens ont envoyé au Daily Mail quand le journal leur a demandé d’imaginer des logos alternatifs, je suis bien contente qu’ils n’aient pas été écoutés.

London2012-usages

Quand à la police d’écriture spéciale Jeux Olympiques, elle a été créée même temps que le logo et l’identité visuelle par l’agence de design et de marketing Wolff Olins. Beaucoup de graphistes l’ont trouvée horrible (un peu par jalousie sans doute), criarde, et manquant de subtilité. Le grand public non plus n’a pas beaucoup apprécié. Mais une fois l’effet de choc passé, beaucoup s’accordent à dire que, ma fois, c’est pas mal quand même…  Son côté angulaire rappelle l’écriture grecque et les origines des JO, son côté penché symbolise l’énergie et le dynamisme, son côté écrit à la main renvoie aux graffiti des villes contemporaines. La seule lettre non-penchée est le O, un clin d’oeil aux anneaux olympiques bien sûr.


M
édailles

Pendant la dernière visite du comité chargé de surveiller les préparations des jeux, l’envoyé du CIO a déclaré que Londres était sur le point de recevoir une médaille pour son organisation excellente. Ça rassure de savoir que tout roule et que les JOs devraient se dérouler sans trop d’accrocs (fingers crossed)…

Image 13

Une création de l’artiste David Watkins, les médailles ont d’un côté la déesse Nike et un stade grec classique, et de l’autre le fameux logo, superposé a un ruban représentant la Tamise et des lignes diagonales dynamiques. Le nom de la discipline est inscrit sur la tranche de chaque médailles. En tout, plus de 4,700 médailles olympiques et paralympiques seront produits par la Royal Mint à Llnantrisant, South Wales, avec du métal donné par le sponsor Rio Tinto…

 

Medailles2

Mais qui donc parmi les British ont le plus de chance d’emporter une de ces médailles? Le Guardian a préparé une liste des 50 meilleurs espoirs de médailles du UK, principalement dans les disciplines de cyclisme, aviron, équitation et athlétisme.

Image 9Image 8
Image 10Image 16
L’équipe d’aviron; Chris Hoy, cycliste; Philips Idowu, un athlète de Hackney; et Paula Radcliffe


N
ature

Le site du parc olympique, dans l’est de Londres, était auparavant occupé par toutes sortes d’entrepôts, décharges et bâtiments industriels. Étaient fabriqués dans la Lea Valley: les voitures Matchbox, les premières valves de radio et tube cathodiques du pays, des allumettes, la bière IPA, la porcelaine Bow China, des armes, des trains, les premiers plastiques, produits de teintureries, et les premiers barrils de pétrole pour voiture. Enfin la Yardley Soap Factory produisait du savon; on dit que même des années après la fermeture de l’usine, cela sentait le savon chaque fois qu’il pleuvait.

Aujourd’hui les lieux sont impossible à reconnaître. La terre polluée décontaminée, les rives de la rivière Lea nettoyées, c’est devenu un grand parc. On y a planté 4,000 arbres (cerisiers, bouleaux, chênes), 74,000 plantes, 60,000 bulbes de fleurs, 300,000 plantes de marécage; et les techniques de jardinage les plus novatrices ont été utilisées pour créer une série de paysages différents, sur plus de 100 hectares. Le but: donner un nouveau parc aux Londoniens (le Queen Elizabeth Olympic Parc), réduire les risques d’innondation, et enrichir la biodiversité de la région (plus de 45 hectares ‘sauvages’ sont prévus pour accueillir oiseaux, chauves-souris, renards et loutres; 2,000 tritons ont été déplacés vers une réserve naturelle).

Image 8

C’est un projet de James Corner Field Operations, l’auteur de la High Line à New York. Selon ses plans, le nouveau parc contiendra un labyrinthe, des fontaines/pataugeoires un amphithéâtre, et une promenade boisée:

Image 18

 

Image 17

Image 16

Ce sera vert, et pas qu’à cause des feuillages: 60% du matériel de construction a été livré par rail ou bateau; 90% des déchets de construction ont été recyclés; les bâtiments utilisent 40% moins d’eau que des bâtiments équivalents; un système de Combined Cooling Heat & Power (CCHP)  capture la chaleur générée par la production d’électricité.

Malheureusement, la pollution de l’air est en hausse à Londres, et il y a une énorme différence entre les objectifs du LOCOG en termes d’environnement, et ses actes (voir résumé à la fin de cet article).


O
rbit

Je vous avais présenté la tour Orbit il y a quelques temps. Cette sculpture/tour/amoncellement de métal créée par l’artiste Anish Kapoor est maintenant terminée. Un OVNI a atéri dans l’est de Londres:

Image 9 Image 8
Image 10

Pour le moment je ne sais pas trop quoi en penser. Je ne suis même pas sûr de vouloir aller voir la vue depuis en haut. Elle sera accessible aux visiteurs du parc olympique cet été, mais il faudra payer £15 pour le privilège de monter.

Ce n’est pas la seule oeuvre d’art du parc olympique bien sûr. Coca-Cola a demandé aux architectes Pernilla & Asif de créer un pavillon musical, dont les visiteurs pourront remixer les sons des sports olympique, capturé par le producteur Mark Ronson… J’ai pas tout compris mais ça ressemblera à ça:

Image 16

Sinon il y aura aussi des anneaux dans des arbres, des décorations pour les bancs, des poutres colorées dans la rivière, un poème de Lemn Sissay, un pont interactif avec des lumières représentant les vitesses des sprinters, une peinture murale sous un pont de Martin Richman:

Image 13

Et Run, une sculpture de Monica Bonvicini qui fera miroir la journée, et lampe la nuit.

Image 12 Image 11

 


P
arc Olympique

À part ces sculptures et ces belles plantes, qu’y aura-t-il donc dans le fameux parc olympique? Vous pouvez télécharger la carte du site par ici.

Image 3

Alors, le parc olympique, situé sur les rives de la Lea Valley dans l’est de Londres, entre Hackney et Straford, comprendra:

• un mégastore London 2012, des restaurants, les pavillons des sponsors

• des bâtiments temporaires, qui seront démontés après les Jeux Paralympiques: la Baskeball Arena (recouverte de tissu PVC) et la Waterpolo Arena (avec un toit gonflable)

Image 7Image 6

• des bâtiments/installations permanents, qui seront adaptés aux besoins des Londoniens après les JO: le Aquatic Centre; la piste de BMX; la Copper Box (intérieur ci-dessous); le vélodrome, le stade, la Riverbank Arena (qui sera déplacée à l’ouest du parc), et le village olympique, qui sera converti en 2,818 appartements.

Image 11

Image 9

Le village olympique est à mon avis le projet le moins réussi, on se croirait dans une banlieue chinoise construite à la va-vite, et les bâtiments sont très très proches les uns des autres:

Image 12

Au coeur du parc se trouve bien entendu le clou du spectacle, où se dérouleront les cérémonies d’ouverture et de clôture, et les finales du 100m d’athlétisme: le Olympic Stadium

Image 2

C’est le stade olympique le plus léger jamais construit. La piste et le bas du bâtiment ont été creusés dans le sol; la structure du toit est constituée de 10,000 tonnes d’acier, y compris de 2,500 tonnes de vieux pipelines de gaz recyclés (et heureusement, les ouvriers responsables du chantier ont mangé du porridge). Durant les jeux, le stade accueillera 80,000 personnes et sera entouré d’une couverture textile pour cacher sa façade brute. Mais il a été pensé pour pouvoir être partiellement démonté, et réduit à 25,000 spectateurs, et donc aura toute autre allure une fois les JO terminés.


Q
uarantième de seconde

Il y a quelques semaines, le premier record de vitesse a été battu dans le stade olympique, lorsque Hannah Cockroft, sprinteuse en chaise roulante de 19 ans, à parcouru 100 mètres en seulement 18.56 secondes/

 

Difficile de prédire quels records vont être battus cet été, mais sans doute:
– le Jamaïcan Usain Bolt, l’homme le plus rapide du monde, va sûrement faire des siennes
– tous les records du ridicule seront battus si le tireur Australien Russell Mark vient en mankini, ce qu’il a promis de faire puisqu’il a perdu un pari…
– les British Tom Daley (plongeon), Jessica Ennis (athlétisme) et Michael Phelps (nage) devraient aussi faire des vagues

Pour s’assurer que tout ce beau monde ne triche pas, on fera 5,000 test anti-doping. Et pour les bobos à la fin des épreuves, et les touristes qui tombent dans les pommes, il y aura 375 docteurs et 150 infirmiers sur place. (et on distribuera 150,000 préservatifs aux athlètes qui apparemment aiment à participer activement à la paix entre les peuples du monde)


R
afting

Le premier site olympique à ouvrir au public était le tout nouveau Lee Valley White Water Centre, ouvert l’année dernière pour le plus grand plaisir des fans de rafting. Ils ont pu tester le centre avant les champions olympique, comme le montre cette vidéo.

Image 18

Image 19

Le centre est à présent en pleine préparation des JOs: il accueillera les épreuves de canoë slalom pendant 5 jours. Mais ce sera aussi le premier site olympique à rouvrir au public londonien le 8 septembre (contrairement au parc olympique qui lui ne sera pas près avant fin 2013…). Vous pouvez dès maintenant réserver vos billets pour tester vous même les grands rapides londoniens cet automne.

Sécurité

Les JO vont-ils transformer Londres en champs de bataille? On espère que non, malgré de nombreuses menace d’attentat, de l’IRA ou des islamistes. Pour ne rien laisser au hasard, les autorités ont programmé une véritable offensive, et Londres, qu’elle le veuille ou non, sera militarisée. Il y a déjà eu plein d’exercices de sécurité ces derniers temps:

Image 2

Il y aura des missiles placés sur certains toit pour contrer des attaques aériennes, un bateau de guerre de la Royal Navy est déjà amarré à Greenwich et le restera pendant tous les jeux.

Image 8

Plus de 10,000 gardes de sécurité seront épaulés par 13,500 militaires (4,000 de plus que le nombre de soldats déployés en ce moment en Afghanistan). Les US trouvent que cela ne suffit pas, et vont envoyer leur propre service de sécurité, comprenant plus de 500 agent du FBI…

Quand aux mesures de sécurité visant les spectateurs, elles sont digne de n’importe quel aéroport. Sont interdits les liquides dans des containers de plus 100ml, l’alcool, les couteaux, des bouteilles en verre, les walkie-talkie, skateboard et patins à roulette, mais aussi les drapeaux plus grand de 1mx2m, les frisbees, et les vuvuzelas (voir une liste complète ici).

Image 11

Également interdits: les drapeaux de pays qui ne participent pas au Jeux Olympiques (est-ce que ça veut dire que les gars de la sécurité sont en train d’apprendre la liste des drapeaux des pays participants?), et des T-shirts avec des messages publicitaires.


T
orche

La torche triangulaire, une création de Barber &Osgerby, un duo de designers basé à Hackney, est perforée de 8,000 trous représentant les 8,000 porteurs de la torche qui vont se relayer pour l’amener dans le stade le 27 juillet.

Image 2

Ces ‘torchbearers’ porteront la flamme olympique (300 mètres chacun en moyenne) à travers 1,000 villes et villages du UK. Leurs parcours (vous trouverez toutes les informations, dates et heures sur ce site) à été conçu pour que la fameuse flamme passe à 10 miles tout au plus de 95% de la population du pays. Ils ont été nommés par des amis et choisi pour leur courage, leur actions exemplaires ou leur persévérance. Vous pouvez lire leurs histoires, souvent très touchantes, sur cette page.

Image 13

La plus vieille porteuse, Dinah Gould, aura 100 ans; le plus jeune, Dominic MacGowan, aura 12 ans.


U
niformes

C’est la styliste Stella McCartney, fille de Paul et directrice artistique d’Adidas, qui a créé les uniformes de l’équipe britannique, le Team GB. Le kit comprend plus de 590 articles, des chaussettes aux maillots de bains aux casques de BMX.

Image 2

Image 7

Image 3 Image 6

Si certains ont dit que la collection n’était pas assez rouge (une couleur qui augmente les possibilités de victoire selon les psychologues du sport), les athlètes (consultés par Stella McCartney bien sûr) semblent ravis. ‘It is really exciting to wear it, it’s all clean cut, it’s just gorgeous. It’s much better than the previous ones,’ (C’est super de porter ça, c’est simple et bien coupé, et tout simplement très beau. C’est bien mieux que les uniformes précédents) dit la sportive Jessica Ennis.

Le grand public pourra acheter certaines créations de cette ligne (football kit, maillot de bains, basketball, etc) très prochainement.


Vélodrome

Un projet de Hopkins Architects, le Vélodrome est l’un des bâtiments les plus écolos du Parc Olympique. Le toit ultra-léger, fait d’un réseau de 17km de cables d’acier, pèse la moitié de celui d’un vélodrome normal. Sa forme comme sa structure rappelle donc celle d’une roue de bicyclette. Quand à la façade de cèdre rouge, elle complémente le bois de la piste à l’intérieur, elle-même pensée à la perfection pour battre tous les records de vitesse cet été.

Image 6

Image 3

La lumière et l’air frais rentrent dans le bâtiment grâce à de nombreuses ouvertures camouflées dans la façade de bois; un système de gouttières permet de réduire la consommation d’eau. Placé au coeur d’un réseau de pistes cyclables, le vélodrome rouvrira après les jeux au public, qui pourra louer des vélos pour tester la piste.

Image 7

 

Wenlock & Mandeville

Comme tout le projet marketing olympique, du logo aux posters, les mascottes des JO de Londres ont fait couler beaucoup d’encre…

Image 12

 Résolument abstraites, les mascottes s’appellent Wenlock et Mandeville, et représentent soi-disant les deux dernières gouttes de l’acier qui a été utilisé pour la construction du stade olympique.  Les lumières jaunes sur le dessus de leur tête sont inspirée des lumières des taxis londoniens; leurs têtes rondes représentent la forme des médailles; leurs bracelets les anneaux olympiques, et leur oeil une caméra, pour tout enregistrer des évènements (les mauvaises langues disent que leur oeil unique rappelle les milliers de caméras de surveillance de la capitale; et que Mandeville a fait pipi aux culottes). Le design est de l’agence de communication anglaise Iris.

Quand à leur noms, ils sont inspirés: Wenlock vient de la ville de Much Wenlock, Shropshire, où le baron Pierre de Coubertin fut invité en 1890 pour assister aux Jeux Annuels de Much Wenlock, festival précurseur des JO créé en 1850; Mandeville tient son nom du village de Stoke Mandeville, Buckinghamshire, lieu même où fut organisé en 1948 les premiers Jeux Mondiaux des Chaises-roulantes et des Amputés, qui deviendront en 1960 les jeux paralympiques.

Ces mascottes ne sont évidemment que la pointe du merchandising olympique. London 2012 espère pouvoir récolter £70 million en vendant ces souvenirs. Environ 10,000 objets différents (dont 2,012 pins différents!) seront mis en vente dans les boutiques London 2012 pendant les JO. Vous pouvez voir toute la collection ici. En voici quelques-uns:

 

JO

Il y en a aussi pas mal pour le Team GB, l’équipe nationale.

Shop

 

Pour le moment, vous pouvez acheter ces souvenirs dans le magasin London 2012 dans la gare de St Pancras.

Il y a aussi des posters créés par de grands artistes contemporains anglais, je vous en parlais l’autre jour

Image 19  Image 14

Image 21    Image 22

 

XXXème Olympiade

Ces jeux seront les 30ième de l’histoire des JO, mais pas les premiers à Londres: la capitale est la première ville du monde à recevoir les JO trois fois dans son histoire: en 1908, en 1948 et en 2012 donc.

Image 23Image 26
Image 27Image 25

La IVème olympiade a eu lieu à Londres car l’éruption du Vésuve à détruit la ville de Naples, et les Italiens qui devaient organiser les jeux de 1908 ont dû annuler pour raisons financières. Elle a duré pendant des mois, et a eu lieu dans le stade de White City, dans l’ouest de Londres (site de la BBC aujourd’hui). Voir plus de photos ici.

Il y eu pas mal de controverses: les Suédois ont refusé de participer parce que leur drapeau n’était pas accroché dans le stade (oups!); les Finlandais ont refusé de parader avec les Russes (leur pays faisait partie de l’empire russe à l’époque); les Américains ont refusé de baisser leur drapeau devant le roi Edward VII. L’entente entre les peuples avait encore du chemin à faire… (cf les deux guerres mondiales).

La XIVe olympiade a eu lieu à Londres en 1948, juste après la fin de la seconde guerre mondiale, dans une ville à moitié détruite par les bombardements allemands, une ville où les habitants avaient tous des cartes de rations alimentaires. Malgré tout Londres a été choisie à l’unanimité par le CIO…

Image 28 Image 29

Image 30

On les a surnommé les Jeux de l’Austérité; les athlètes (bizarrement les Allemands et les Japonais n’étaient pas invités)sont logés dans des écoles ou des baraques militaires et emmènent de la nourriture avec eux. Ces jeux furent les premiers à être retransmis à la télé, et ont été organisés dans l’ancien stade de Wembley.

 

Yachting

Quelques-unes des épreuves des JO n’auront pas lieu à Londres. Les compétitions de voile, par exemple, auront lieu à Weymouth et Portland dans le Dorset. Le site fut la première installation des JO à être terminée – plus de trois ans avant les jeux:

Image 11

Image 9

Également en dehors de Londres: le football, qui sera à Wembley mais aussi à Coventry, Glasgow, Cardiff, Manchester et Newcastle; la course vélo, dans le Surrey, à 30km au sud ouest de la capitale (le plan du parcours est ici); l’aviron à Eton Dorney, 25 miles à l’ouest de Londres; vélo de montagne à Hadleigh Farm dans l’Essex, à l’est.


Z
aha Hadid

On termine avec ce qui pour moi est sans doute (avec le Vélodrome) un des plus grands succès du projet olympique: le Aquatic Centre de l’architecte Londonienne d’origine iraquienne Zaha Hadid.

Le Aquatic centre contient deux piscines de 50m et un bassin de plongeon, abrités par un toit en forme de vague. Dans l’esprit du développement durable, le centre a été conçu avec deux ailes temporaires augmentant la capacité des lieux à 17,500 spectateurs. Une fois les jeux terminés, les ailes seront démantelées, et le centre n’aura plus que 2,500 places.

Image 17

Voici le centre aquatique avec ses ‘ailes’, et sans, comme il le restera après les JO:

Image 6 Image 7

Les formes sont déjà très fluides et aquatiques à l’exérieur, mais c’est l’intérieur, inspiré des formes d’une baleine, qui est vraiment magnifique:

Image 25

Image 24

Image 22

Image 23

Rien que pour ça, les Jeux en valent la chandelle!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s