Le Game Maker

Les vraies stars des jeux olympiques de Londres ne sont pas les athlètes médaillés mais les 70,000 Games Makers, les bénévoles sans qui les jeux ne seraient tout simplement pas possible (d’ailleurs, les JO fonctionnent grâce aux bénévoles depuis les jeux de Londres de 1948 – c’est donc ici que tout a commencé).

Lord Coe, chef du comité organisateur, a dit que ce sont les Games Makers qui “will make the difference between a good Games and a great Games” (feront la différence entres des bons JO et des super JO). Et jusqu’à présent, c’est mission accomplie: les spectateurs les adorent. Mais qui se cache donc sous les casquettes violettes du plus grand rassemblement de volunteers au UK depuis la Seconde Guerre Mondiale?

Games-Maker0001

1 Une tête de champion
Plus de 240,000 personnes ont postulé pour travailler bénévolement aux JO; plus de 100,000 ont été sélectionnées pour des entretiens, mais seulement 70,000 ont décroché le droit de travailler gratuitement pour London 2012. Ce sont donc les plus motivés qui ont gagné, et ça se voit.

2 La banane
Ils ont tous une pêche d’enfer et une bonne humeur contagieuse. Qu’ils fassent des blagues, prennent les visiteurs en photos, ou indiquent la direction des toilettes, ils ne perdent jamais leur grand sourire. J’en ai même vu faire une ola pour dire au revoir aux spectateurs quittant le parc olympique… Voir de jolis portraits de Games Maker.

3 C’est par là
Au total, ils travaillent au moins 10 x 8 heures chacun, et sont affectés à 800 postes différents: ce sont eux qui montrent le chemin affublés de mains roses géantes; vérifient les billets; escortent les athlètes; conduisent et guident les visiteurs; ou même ramassent les balles de tennis et les ballons de handballs…

4 L’uniforme
Leur seul salaire: leur participation aux jeux, des tickets restaurants, une carte de transport gratuite, et bien sûr leur uniforme qu’ils ont le droit de garder. Fabriqué par Adidas, il comprend une veste violette royal et rouge grenadier, deux polos, deux pantalons beiges, deux paires de chaussettes, un sac, un parapluie et des baskets rouges et grises.

5 Bien dans leurs chaussures
Ce sont des étudiants, des fans de sports, des retraités… des gens biens (mais je ne parle pas de la Games Maker qui s’est incrustée à la cérémonie d’ouverture) qui veulent se sentir partie d’un grand évènement. En tant que visiteur, quel plaisir de rencontrer des personnes non formatées qui gardent toute leur personnalité.

Quelle chance pour les Jeux d’avoir de tels ambassadeurs.

> lire des interviews de Games Maker sur le site du Guardian

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s