Plats du jour

À Londres on mange bien, très bien même. On est gâté en termes de diversité, qualité et originalité. On a tellement de choix que l’on arrive pas à choisir. Mais la scène gastronomique est aussi en perpétuel changement, et il est parfois difficile de s’y retrouver tant il y a de modes différentes et de restaurants qui ouvrent chaque semaine. Voici un petit résumé de ce qui fait saliver les Londoniens en ce moment:
les small plates et tapas
La mode est aux petites assiettes, et de nombreux restaurants proposent maintenant des menus à picorer à plusieurs, en partageant toutes sortes de petits plats à manger tout au long de la journée. Vous trouverez des small plates fusion à Caravan, Providores, ou Maze; indiennes à Imli et Dishoom; françaises à Terroirs; des tapas espagnols – entre autres – à Barrafina, José et Tapas Brindisa, et même des cicheti vénitiens à Polpo, Polpetto et compagnie.

les food markets
À Borough Market, le marché préféré des foodies de la capitale, la partie stand de bouffe à l’emporter est maintenant plus grande que celle où l’on achète des simples fruits et légumes. Mais il y a une sacré concurrence: au sud de Londres, Brixton Market et Maltby Street Market attirent les gourmets fatigués des foules de touristes, et à l’est, le trendy Sunday Upmarket a été rejoint par les trendier Netil Market, le Long Table, et le Red Market. Quand à Camdem Market, on y trouve de plus en plus de stands de plats à l’emporter délicieux au bord du canal. J’imagine que dans quelques années, Londres n’aura plus rien à envier à Singapour et Bangkok en terme de night markets et food courts…

les food trucks
Avant de pouvoir ouvrir leurs propres restaurants, les jeunes chefs tentent leur chance avec des petits food trucks (camions-gourmet; cf liste ici) garés dans les marchés (voir ci-dessus) ou à côté de pubs sympas. Vous trouverez une liste de stands à ne pas manquer sur London Street Foodie, ou British Street Food. Fini les chips et les burgers tout mous: maintenant on peut déguster des arancinis et des Indian wraps.

les pop-ups
Pour faire leurs preuves sans trop avoir de coûts, d’autres jeunes chefs s’installent dans un restaurant déjà existant pour une durée indéterminée, comme Meatballs qui longtemps squattait le vieux Quality Chop House, ou Seagrass, qui s’installe quelques soirs par semaine à Manze, un café traditionnel ouvert seulement le midi.

les supper clubs
D’autres créent des supper clubs: l’idée d’aller diner chez un(e) inconnu(e) qui vous prépare un festin à thème, ou ses spécialités, est toujours extrêmement populaire à Londres. Vous pouvez ainsi manger italien quelque part dans East London ou gluten-free à Bromley. Voir cette liste très complète pour plus d’idées.

les restaurateurs du moment
Cela ne fait aucun doute, le duo de choc de cette année c’est Chris Corbin et Jeremy King. Après le succès de leur grand café Wolseley sur Picadilly, ils ont ouvert avec un succès incroyable la Brasserie Zédel, The Delauney et Colbert.

l’artisan approach
Certains cuisiniers ont choisi une approche plus artisanale que commerciale. Ils ouvrent de tout petits restaurants, avec seulement une poignée de tables, et ne servent que leurs spécialités, ou quelques plats du jours. À Koya à Soho on peut manger des ramen japonaise fraîchement préparées; à Duck Soup des plats français, et à Sushi Tetsu (sept places au bar, c’est tout) des sushi choisis par Toru Takahashi.

les pizzas
Les pizzas sont indémodables! Seulement pour être cool il faut les manger à Franco Manca, Pilgrim Pizza et Pizza East.

le street food mais à l’interieur
Les restaurateurs ayant compris l’appétit des Londoniens pour la street food, c’est à dire ces plats rapides et délicieux que l’on trouve dans les marchés d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud, ils n’ont pas tardé à ouvrir des street food restaurants où l’on peut manger ces plats même quand il fait froid et il pleut. Après le mexicain Wahaca se sont ouvert l’indien Roti Chai, le libanais Yalla Yalla, et le vietnamien Pho.

Les menus très très limités
Pourquoi se compliquer la vie? Il suffit de peu pour être heureux, comme les menus super simples de ces nouveaux restaurants le montrent: à Tramshed, c’est poulet rôti ou steak; au Chicken Shop, du poulet et c’est tout; et à Burger and Lobster comme son nom l’indique: burger ou homard.

L’hyper-spécialisation
Plus les Londoniens deviennent experts en cuisines exotiques, plus les restaurants se spécialisent. Ainsi on ne va plus manger dans un restaurant indien, mais un resto inspiré des café perses de Mumbai (Dishoom); on préfère un bon breton (La Petite Bretagne) qu’un vague français; on ne va pas manger japonais, mais des omelettes okonomiyaki (Abeno Too).

la table que l’on s’arrache
C’est Dabbous. Complet jusqu’en mai 2013… Hype ou réel talent?

les restos et bars en hauteur
Londres rattrape enfin Shanghai, Hong Kong et Singapour et ouvre des bars sur ses gratte-ciels. Le Vertigo a été rejoint par Paramount et Sushi Samba, et on attend l’ouverture des restos au 30ième étage du Shard. Et le nombre de bar et restaurants sur des rooftop terraces de la ville ne fait que d’augmenter d’année en année, heureusement!

les no booking policy
Qu’est ce que c’est em@£$%£$%^dant! Beaucoup de restaurants ont décidé de ne pas prendre de réservation, et vous font poirauter au bar ou pire, faire la queue dans la rue…

le fast food de luxe
Les burgers sont toujours à la mode (Honest Burgers et Meat Liquor par exemple) mais c’est surtout le posh fast food qui monte: à Bubbledogs on mange des hotdogs et on boit du champagne; on a le choix entre burger et homard à Burger and Lobster. Cf bien sur tout les gourmet food stalls, food trucks et markets mentionnés plus haut.

le US comfort food
Je ne compte plus le nombre de restos qui servent des ribs et des barbecues à l’américaine, et des shots de whisky et de bourbon. Entre autres: Pitt Cue, Dukes Brew & Que, et Red Dog Saloon.

la cuisine qui monte
Après les sushis et les burritos qui sont en vente à absolument chaque coin de rue, est-ce bientôt le tour des vietnamiens (les baguettes bahn mi par exemple)? ou des sud américains avec leur ceviche? Who knows…

Quant aux cocktails bars, eh bien c’est toujours la mode des speakeasy… et le début de la mode des micro-breweries (les pubs qui font leur propres bières) comme à New York

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s