The Casual Vacancy, de JK Rowling

L’autre jour j’ai lu le premier roman pour adultes de JK Rowling, la maman d’Harry Potter. Intitulé The Casual Vacancy, il y a été publié l’année dernière et raconte l’histoire des habitants de Pagford, un village fictif situé près de Bristol. Ou comme le décrit l’éditeur, c’est “a big novel about a small town”: Rowling s’inspire de grands romanciers classiques comme Dickens pour raconter tout un petit monde centré sur lui-même et ses querelles de chapelles (ce microcosme de la société britannique n’est pas sans rappeler Capital de John Lanchester d’ailleurs).

Je vous recommande cette lecture car le roman est, comme on s’y attend avec Rowling, un page turner (livre captivant dont on ne peut s’empêcher de tourner les pages). Certains Brits n’ont pas beaucoup aimé, car l’écrivaine n’y va pas avec le dos de la petite cuillère lorsqu’il s’agit de décrire la société de son pays, avec des classes sociales complètement divisées (riches et pauvres, et vieux et jeunes), et peuplées d’individus plus hypocrites, égoïstes et étroit d’esprit les uns que les autres. C’est sûr, les traits sont exagérés, mais je dois dire que dans la majorité des cas, elle met en plein dans le mille grâce à ses fines observations de la vie quotidiennes et des relations familiales.

Comme l’explique Rowling, c’est un livre motivé en partie par une certaine vision politique, une réaction à des inquiétudes face à la société britannique: “It would be pointless to pretend I wasn’t trying to make a point. The Casual Vacancy was a reaction to specific concerns about Britain now: “I’m worried about the lack of empathy in our culture.” Ce manque d’empathie se traduit par l’histoire de personnages comme la jeune Krystal dont la vie est un cauchemars mais qui ne trouve personne pour l’aider avant que cela ne soit trop tard. Malgré de nombreux décès, des scènes dramatiques, et des personnages souvent cruels (il n’y a pas de héros au pouvoirs magiques ici) j’y ai trouvé des touches d’humour noir et d’autodérision très british.

Un portrait sans fioriture de la vie britannique. L’avez-vous lu? Qu’en pensez-vous?

> The Casual Vacancy, £7.99, Little Brown & Company. Publié en francais (Une place à prendre) par Grasset.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s