La Magna Carta

Il y a 800 ans cette semaine que se signait dans une prairie au bord de la Tamise la fameuse Magna Carta des Britanniques – et cela en partie grâce à leur ennemis de toujours, les Français. En effet, excédés par le racket de leur roi Jean Sans-Terre, qui leur pompait tout leur argent pour aller se faire battre à plate couture par ces Froggies, en 1215 les puissants barons britanniques ont exigé une nouvelle panoplie de lois pour se protéger de leur roi (en France, bien sûr, on a fait plus fort quelques siècles plus tard en lui coupant tout simplement la tête).

Les Britanniques sont très fiers de cette grande charte à laquelle ils attribuent tous les mérites, y compris celui d’être tout  simplement le fondement de leur démocratie (une monarchie parlementaire, puisqu’ils n’ont toujours pas coupé la tête à leur reine – quoique si Charles hérite enfin, il y a bien des chances…) ainsi que celle des États-Unis. La Magna Carta, c’est tout simplement la fin du roi tout-puissant, au dessus de tout droit.

Les points clés de ce texte sont les suivants:

le roi ne peut lever des impôts sans l’accord des barons (ceux-ci sont aujourd’hui représentés par le parlement)
 les femmes ont le droit d’hériter des biens de leurs maris, et ne sont pas obligées de se remarier
les enfants ont le droit d’hériter des biens de leurs parents (leurs tuteurs ne peuvent pas mettre les mains dessus)
une peine doit être proportionnelle au crime commis, et personne ne peut être emprisonné sans un procès équitable
 la justice doit être rendue sans délai, et sans être achetée
 on utilisera désormais des mesures standardisées (pint etc) pour empêcher la fraude chez les commerçants
 tout commerçant peut entrer en Angleterre pour y travailler et la quitter librement

Mais bon il contient quelques perles qu’on préfère vite oublier:

 personne ne peut être arrêté ou emprisonné pour meurtre à la suite d’une dénonciation faite par une femme – sauf son mari
 les héritiers peuvent être donnés en mariage, mais pas a quelqu’un d’une classe sociale moins élevée
 aucune ville ni aucune personne ne peut être forcée à construire un pont sauf ceux et celles ayant déjà d’anciennes obligations
 si un homme meurt alors qu’il a des dettes chez un Juif, sa femme n’aura pas besoin de les rembourser

Le document a été un véritable échec, puisqu’il n’a pas réussi à empêcher la guerre civile entre le roi Jean et ses barons. Et seulement trois de ses clauses d’origines – mais pas des moindres – sont restées dans les grimoires britanniques: une loi garantissant la liberté de la Church of England; les droits et privilèges de la toute-puissante City of London; et l’interdiction des arrestations arbitraires et de la corruption de la justice.

Vous pouvez voir un exemplaire de la Magna Carta à la British Library de Londres (ou se trouve aussi en ce moment l’étonnante oeuvre d’art de Cornelia Parker, une tapisserie de la page wikipedia sur la Magna Carta). Il y en a également à la Bodleian Library d’Oxford, Lincoln Cathedral, et Salisbury Cathedral.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s