Superstitions

Photo: LondonDan/Flickr
Les Britanniques ont de drôles de superstitions. Comme les Romains, ils ont peur de casser des miroirs et de renverser du sel; comme les Anciens Égyptiens, d’ouvrir des parapluies à l’intérieur. Comme les premiers chrétiens, ils croisent les doigts pour mettre la chance de leur côté. Beaucoup ont des sous-vêtements porte-bonheur, et adorent le chiffre 7 (comme David Beckham).

Parfois, ils ne sont pas sûrs d’eux du tout: voir un chat noir, cela porte bonheur, mais s’il croise ton chemin devant toi, attention! Et aussi, apercevoir une pie toute seule, cela porte malheur, mais deux ou trois, ça va (selon une vieille comptine). Ils semblent particulièrement paniqués par une simple promenade: attention à ne pas marcher sur les fissures du trottoir (“Don’t step on that crack, you’ll break Nana’s back!”) et surtout ne jamais marcher sur trois plaques d’égoûts à la suite…

D’autres superstitions très britanniques: se croiser dans les escaliers; un moineau qui entre dans une maison ou poser une nouvelle paire de chaussures sur la table portent tous malheur. Il ne faut pas manger des mûres après la Michaelmas par peur d’attirer le diable, ni tourner de la nourriture dans un bol dans la direction opposée au soleil (“widdershins“), ni couper les deux bouts d’une miche de pain en même temps. Mais ouf: les sorbiers protègent des sorcières, et le houx des vilaines fées.

Comme en France, on se méfie ici du chiffre 13 et tout particulièrement du vendredi 13. Et ce depuis au moins Chaucer, qui écrit dans Les Contes de Canterbury, en 1380, “and on a Friday fell all this mischance.” Ce qui explique pourquoi les rues londoniennes de Fleet Street, Oxford Street, Park Lane, Praed Street, St James’s Street, Haymarket et Grosvenor Street n’ont pas de number 13; le One Canada Square de Canary Wharf n’a pas de 13ème étage, et le London Eye n’a pas de cabine numéro 13… Et finalement, on ne risque pas d’être 13 à table au Savoy: le palace londonien installera Kaspar le chat (une sculpture art déco en bronze) pour compléter le nombre d’invités – une tradition qui date de 1898…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s