Les bancs de Londres

Photo: Gary Knight

Le printemps est enfin là (ouf!), c’est l’occasion d’aller s’assoir sur un joli banc – entre deux bouquets de jonquilles, sous un cerisier en fleur – dans un des nombreux parcs de Londres. Ce que j’aime particulièrement au UK, c’est que souvent ces simples bancs en bois viennent avec une jolie histoire: beaucoup sont des ‘memorial benches’ et sont ornés d’une petite plaque commémorant un habitué du coin. Un souvenir, une poésie placée par ses proches sur un banc tout simple – bien plus visité, et pratique, qu’une tombe dans un cimetière.

C’est une tradition qui date, comme beaucoup ici, du temps des Victoriens: l’un des plus vieux bancs commémoratifs date de 1897, et célèbre le Jubilée de diamant de la reine Victoria. Mais la plupart des bancs que l’on retrouve dans les parcs du pays datent d’après la deuxième guerre mondiale. Ils sont si populaires à certains endroits – je me souviens d’en avoir vu des centaines dans la petite ville de Leamington Spa – qu’il y a plus de bancs que de parterres de fleurs dans certains parcs du pays. Vous pouvez en voir plein ici.

Il y en aurait plus de 475 à Hampstead Heath. Il y en a des drôles: “’Now in years astride my eighties, this Elysian seat I have vacated, but gentle neighbour sigh not yet, I’ve only moved to Somerset” (Ayant à présent plus de 80ans, j’ai quitté ce siège élyséen, mais doux voisin ne soupire pas, j’ai seulement déménagé au Somerset) ou ‘They could do with a bench here’ (Un banc ici cela serait sympa). Il y a en un près des bouquinistes de la South Bank sur lequel est inscrit: “Memorial to the Unknown Husband. Often Imagined. Much Desired. Never Found.” (Mémorial au Mari Inconnu. Souvent imaginé. Très désiré. Jamais trouvé).

Image 3
Photo: Fish

Il y en a aussi des énigmatiques – I was born tomorrow, today I live, yesterday killed me… (Je suis né demain, je vis aujourd’hui, hier m’a tué) – et d’autres dédié à des personnalités, comme le chanteur Ian Dury, qui aimait à s’asseoir sur un banc à Richmond Park, un banc aujourd’hui portant une plaque ‘Reasons to be Cheerful’ du nom d’une de ses chansons.

Image 2
Photo: Barnflakes

Mais bien sûr le plus grand nombre est inscrit ‘In loving memory’ (à la douce mémoire) d’une mère, d’un enfant, d’un grand oncle… Vous voulez votre propre banc? Il vous en coûtera des centaines de livres: à Camden par exemple, un memorial bench coûte £831.

Image 11
Photo: Annemieke 5

Il y avait même des bancs avec des plaques dans le Parc Olympique, mais au lieu d’être des memorial benches, c’était des fact benches: des bancs avec des anecdotes et chiffres sur le quartier:

Image 10
Photo: Xciv

Que ce soit dans un grand parc comme Richmond, ou l’un de ces petits square verts dont la City à le secret, profitez d’un rayon de soleil entre deux averses pour vous asseoir sur un simple banc en bois et imaginer les vies de ceux qui s’y sont assis avant vous, et s’y assiéront dans quelques années.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s