Les Red Phone Boxes

La cabine de téléphone rouge, symbole britannique par excellence, est officiellement une espèce en voie de disparition. British Telecoms vient juste d’annoncer qu’ils vont se débarrasser de la moitié des cabines de téléphone du pays (environ 20,000 cabines) car très peu sont encore utilisées – sauf peut-être par les touristes pour se prendre en photo…

Heureusement, de nombreuses cabines rouges classiques vont rester en place: il y en a plus de 2,400 qui sont classées comme monuments historiques et que l’on ne peut donc pas enlever. Bien sûr il y en a de toutes sortes, plus ou moins réussies:

Image 2

La première telephone box, la K1 (elles ont toutes un K pour kiosk suivit d’un numéro) est apparue en 1920; elle avait des petites fioritures sur le dessus. C’est en 1924 que nait la star des phone boxes, la K2 de Sir Giles Gilbert Scott, l’architecte responsable de la Battersea Power Station (et le petit fils de l’architecte de St Pancras). Elle est d’un style classique, inspiré en partie par la tombe de l’architecte et collectioneur Sir John Soane. Comme elles coutaient cher, seules 1,500 de ces cabines K2 ont été installées, pour la plupart à Londres.

Sa descendante la K6, plus petite et moins chère, est apparue en 1936 et s’est vite retrouvée sur tous les coins de rues du pays. Vous pouvez voir le prototype de Scott sous une arche de la Royal Academy of Art sur Picadilly à Londres. A leur apogée, il y avait plus de 92,000 cabines téléphoniques dans le pays. Pour plus d’information sur les différents designs et leur histoire, allez voir par ici.

Il y en a de toute sorte, et elles sont placées vraiment partout:

De nombreux artistes ont été inspirés par ce symbole britannique: David Mach a installé des K6 en domino à Kingston-upon-Thames; Ben Long en a rempli une complètement avec des tart cards, comme celles que l’on trouve dans les cabines de Soho;  Et l’incontournable Banksy s’est pris très violemment à l’icone nationale à plusieurs reprises. Après l’avoir fait fondre, et sortir de terre, il l’a attaquée avec une pioche, la pauvre:

Les cabines de téléphone peuvent être pratiques pour ceux qui ont des idées plus paisibles. Le millionnaire Stephen Fear, a lancé sa propre compagnie à 17 ans, depuis le K6 au bout de sa rue. Il y avait accroché un panneau “en panne”, installé une chaise, et avait même convaincu une amie de prétendre être sa secrétaire. Bien sûr, s’il avait 17 ans aujourd’hui, il aurait son propre iPhone.

C’est à cause de cette évidence que British Telecoms cherche à se débarrasser de ses cabines téléphoniques depuis des années. Sa campagne Adopt a phone box permet à des communautés ou des particuliers de prendre en charge les K6 sur leur commune, et de les utiliser comme bon leur semble. Plus de 4,000 phones boxes britanniques ont été transformées en tout et n’importe quoi ces dernières années (il en reste encore 8,000 de disponibles, si vous avez des idées).

Par exemple, à Draughton, dans le North Yorkshire, les villageois se sont mobilisés après la fermeture de la seule épicerie/poste du village. Un épicier d’un village d’à côté livre lait, conserves, biscuit et journaux à la cabine chaque matin, et les 250 habitants viennent chercher ce qu’il leur faut et laissent de l’argent dans une caisse.

De Point en Cornouailles , à Horsley, dans le Surrey, en passant par Lewisham, on a transformé le K6 en petite bibliothèque publique, où les gens du quartier peuvent venir chercher de quoi bouquiner. À Toot Hill, Essex, la cabine est devenue l’office du tourisme du villlage; en Écosse, une habitante s’en sert pour vendre ses gâteaux.

Certains sont même équipées de défibrillateurs grâce au Community Heartbeat Trust. D’autre encore sont à présent des bancomats ou même des jardinières et des galeries d’art. Et la dernière mode par ici, c’est de les transformer en café (cela ne coûte qu’environ £10 par jour, une affaire comparé aux loyers commerciaux des grandes villes):

Vous pouvez essayer cela à Hampstead (Kape Barako), ainsi qu’à Birmingham (Jake’s Coffee Box) et Brighton (Red Box Coffee). Cela à l’air de marcher: Spiers Salads ont commencé par vendre des salades dans une cabine de Holborn, et maintenant ont un vrai café dans la St James’ Park Station.

Si vous voulez votre propre K6, plusieurs compagnies les réparent et les louent (Unicorn Kiosks; Remember When UK); d’autres vendent des copies (The Phoney Box) pour mettre dans votre jardin peut-être. Et on peut aussi les transformer en bar ou même en douche, ou en bien encore en fumoir comme Jamie Oliver…

Vous n’avez pas la place? Des autocollants comme celui là sont aussi disponibles. Pas de mur libre? Il faudra vous rabattre sur un porte-clés en vente dans tous les bons magasins de souvenirs de Londres.

2 thoughts on “Les Red Phone Boxes

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s