Katharine Hamnett

Katharine Hamnett est une styliste septuagénaire de choc. Provocateurs, politiques et souvent prescients, ses T-shirts à slogans – ‘Education Not Missiles’ (1983), ‘Clean Up or Die’ (1989), ‘Save the Future’ et ‘Stop war, Blair Out’ (2003) – sont de véritables classiques du design britannique et font partie des collections du V&A Museum à South Kensington. Fondée en 1979 avec juste £500, sa marque a toujours été consacrée au poids des mots : ‘When you look at somebody wearing a slogan T-shirt, it’s one of the first things you see. You can’t not read it. You can’t pretend you haven’t seen it,’ dit la designer, fille d’espion et ancienne étudiante à la fameuse école d’art Central St Martins.


Pas étonnant qu’en ces temps incertains, Hamnett aie encore beaucoup de choses à dire : sa marque vient d’être relancée avec succès ; son T-shirt ‘Cancel Brexit – et plus récemment, ‘Second Referendum Now’ – sont devenus des hits auprès des fashionistas; et la vente de sa collection ‘Choose Love’ lève des fonds pour l’organisation Help Refugees, qui aide les réfugiés tentant d’atteindre l’Europe en traversant la Méditerranée. (Leur magasin temporaire, Choose Love, est à visiter si vous êtes à Soho et cherchez des cadeaux de Noël utiles.)

Screen Shot 2018-11-28 at 11.22.50

Screen Shot 2018-11-28 at 11.23.15
Hamnett était au top de la mode dans les années 1980 et 1990, quand ses T-shirts était portés par les artistes les plus en vogue, et ses campagnes publicitaires étaient le premier coup d’éclat de nombreuses stars comme Juergen Teller, Kate Moss et Claudia Schiffer. En 1984, elle porte un de ses T-shirts, ‘58% don’t want Pershing’ (contre l’installation de missiles américains en Europe) à une réception pour la London Fashion Week où est présente Margaret Thatcher. Elle ouvre sa veste au dernier moment, déchainant les flashs des photographes. Un acte politique qui fit les unes des journaux dans le monde entier (et qui fit couiner Thatcher de surprise, apparemment).

Screen Shot 2018-11-28 at 11.27.09.png
Contrairement à d’autres marques qui s’entichent de causes célèbres pour rester au gout du jour (hmm hmmm Dior soudain féministe), Hamnett a toujours été fidèle à ses valeurs. Elle préfère d’ailleurs disparaitre du monde de la mode pour se consacrer à la création de cotton bio et fair trade, commençant ses recherches en 1989 déjà. Trop en avance sur son temps, ses tentatives pour changer l’industrie de la mode sont vouées à l’échec, et Hamnett décide mettre sa marque sous cloche pour quelques années. Elle la relance en 2017, cette fois-ci avec beaucoup de succès.

Screen Shot 2018-11-28 at 11.42.56.png

Aujourd’hui ses combats ne pourraient pas être plus d’actualité – comme le dit Hamnett, ‘The tragedy is that they are even more relevant now than they were when I started making them, 39 years ago.’ Réaliste, la designer sait qu’il faudra plus que des T-shirts, même percutants, pour changer le monde: ‘I think marching is fine, T-shirts are great, but you haven’t actually done anything until you’ve threatened your elected representative that you won’t vote for them next time unless they represent your views.’

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.