Cinq romans

En ce mois d’Octobre, c’est Black History Month au Royaume-Uni. Venue des États-Unis dans les années 1980, cette commémoration annuelle des peuples et évènements de l’histoire de la diaspora africaine fait partie à présent du système scolaire anglais. Elle est célébrée dans toutes les écoles du pays; mes enfants sont revenus l’autre jour me parlant de Rosa Park et des biscuits feux rouges qu’ils avaient fabriqué pour l’occasion.

En l’honneur de Black History Month donc, et en cette année où le mouvement Black Lives Matter a explosé, voici 5 excellents romans écrit par des femmes britanniques à la peau foncée. Chacune à leur façon, elles explorent des thèmes comme l’identité, le féminisme et le racisme. C’est fascinant, émouvant, rageant… et merveilleusement bien écrit.

1. Girl, Women, Other, 2019 by Bernardine Evaristo

LE livre dont tout le monde parle cette année, ce roman choral inspiré par la vie d’activiste de Bernardine Evaristo contient une multitude de points de vue explorant ce que signifie être une femme noire vivant en Angleterre ces dernières décennies. Je n’étais pas du tout sûre où cela nous menait, ces phrases sans majuscule qui coulent sur la page à n’en plus finir, mais j’ai vite accroché. Quelle plaisir de lire toutes ces expériences et découvrir ces personnalités différentes. À travers les voix de 12 personnages se connaissant de près ou de loin, on passe d’un squat à King’s Cross à un bureau de la City, une école de banlieue à une université à la campagne… C’est de la ‘fusion fiction’ comme dit Evaristo – un roman plein d’humour, de vitalité et de sagesse.

2. Queenie, 2019, by Candice Carty-Williams

L’autre hit de l’année suit les aventures de Queenie, une jeune fille d’origine jamaïcaine à l’enfance difficile. On a parfois décrit ce roman d’apprentissage comme une sorte Bridget Jones’ Diary, pour son héroïne attachante (et super frustrante) et son humour, mais c’est bien plus – sombre – que ça.  Queenie souffre d’anxiété et manque d’estime de soi, et le roman explore de nombreux thèmes difficiles, des crises de panique aux relations sexuelles complètement foireuses (autant dire que les personnages masculins ne s’en sortent pas très bien). Tout le long, tu as envie de lui dire, “mais arrête!” Elle s’en sort grâce à sa famille et ses super copines, et au passage on a le droit à de beaux dialogues (parfois par SMS) totalement contemporain.

3. Small Island, 2004, by Andrea Levy

J’ai lu ce roman retraçant les pas de la Windrush Generation il a bien des années, mais j’ai toujours en tête ses personnages marquants, une autre Queenie, logeuse, son mari Bernard, et ses logeurs Hortense et Gilbert, venu des Caraïbes. Levy, décédée cette année, s’est inspirée de l’expérience de ses parents, venus de Jamaïque. Une histoire décrivant parfaitement  l’Angleterre d’après-guerre, explorant le mal du pays et le racisme de tous les points de vue: “I want to tell stories from the black and white experience. It is a shared history.” dit Levy, dont l’écriture est limpide et les personnages émouvants. Pas étonnant qu’il soit étudié dans les lycées et que la BBC en aie fait une adaptation. (Sur la même période il y a aussi l’excellent The Lonely Londoners de Sam Selvon.)

4. Noughts & Crosses, 2001, by Malorie Blackman

Ce roman pour jeunes adultes (12+) est le premier d’une série devenue extrêmement populaire, et elle aussi adaptée par la BBC. Le monde inventé par Malorie Blackman est un miroir inversé de notre société, où les Blancs (les Noughts) sont les laissés pour compte, et les Noirs (les Crosses), la class dominante. Une prémisse toute simple, mais cela fait réfléchir de lire tout ça en suivant les aventures de deux jeunes amoureux, un Roméo blanc et une Juliette noire que tout sépare. Blackman s’est inspirée de ses expériences personnelles pour raconter une histoire universelle et porter un grand coup à toutes nos préjugés. C’est très facile à lire (parfait si vous débutez en anglais) et c’est impossible à reposer jusqu’à la fin.

5. Swing Time, 2016, de Zadie Smith

Zadie Smith est sans doute l’écrivaine la plus connue de cette liste chez les Francophones. Ses romans sont des bestsellers, et je dois dire qu’ils sont très bien écrits. Mais j’ai toujours l’impression d’une certaine distance, que les personnages ne s’animent pas autant que dans les autres livres cités ici. Je trouve ses livres plus froids, et je ne m’attache pas à ses personnages. Néanmoins j’ai bien aimé Swing Time, qui retrace le parcours de deux petites filles à la peau marron devenues amies après avoir fait des cours de ballet ensemble. C’est du typique Zadie Smith, et c’est bien ficelé. J’ai apprécié ses descriptions de Londres, mais le roman est aussi un fourre-tout explorant la célébrité, l’amitié, la jalousie, le capitalisme, le destin… A vous de voir! —

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.