Un mur de coeurs

Petit à petit, les restrictions du lockdown se lèvent au Royaume-Uni, où l’on s’est pris la deuxième vague et on a bu la tasse un peu plus tôt que sur le continent. On respire un peu, mais on n’oublie pas: juste en face de Big Ben et du parlement de Westminster, sur un mur d’enceinte du St Thomas Hospital (où le premier ministre Boris Johnson se fit soigner du Covid il y a un an), se trouve le National Covid Memorial Wall. Malgré son nom plutôt officiel, c’est une initiative personnelle d’un groupe de familles de victimes du virus.

En ce moment même, de nombreux volontaires venus des quatre coins de la capitale sont en train de peindre plus de 145,000 coeurs représentant les Britanniques morts du Covid. Des petits coeurs de la taille de la paume d’une main, s’étalant sur un mur de deux mètres de haut et 500 mètres de long. Une idée toute simple, venue de gens ordinaires et peinte par eux, qui symbolise parfaitement la perte immense du pays.

Voici un petit clip de la télé irlandaise (juste parce que j’adore leur accent) présentant le projet:

Le projet s’est fait sans véritable autorisation officielle et j’aime beaucoup ce côté un peu anarchique et spontané devant lequel le gouvernement se trouve démuni – comment empêcher ces volontaires de leur rappeler jour après jour l’effet dévastateur du virus sur le pays? La fresque de coeur est parfaitement visible de toutes les fenêtres de la cantine de Westminster.

Si les coeurs sont un mémorial plutôt qu’un message politique, de nombreuses familles soutiennent l’idée d’une enquête officielle sur la façon dont le gouvernement a géré la pandémie. On appelle ça ici une public inquiry, et c’est tout à fait nécessaire car le Royaume-Uni a le plus haut taux de mortalité de tous les pays développés et il faut que l’on comprenne pourquoi. Une foule de politiciens, de nombreuses familles de victimes, les docteurs et même les conseillers scientifiques du gouvernement réclament que cette enquête commence dès maintenant.

Leurs arguments: les autorités n’ont pas préparé correctement le pays à la pandémie; elles n’ont pas fourni l’équipement de protection nécessaire au personnel soignant; elles ont tardé à déclarer le lockdown; elles n’ont pas protégé les patients déjà à l’hôpital, ni les personnes âgées vivant en maison de retraite; le numéro 111 de la NHS n’a pas fonctionné correctement; les personnes issues de milieux défavorisés ou de minorités ethniques n’ont pas été protégées alors qu’elles étaient bien plus touchées par le virus…

Vous pensez que tout cela est dû à de la malchance – c’est bien facile de juger avec du recul n’est-ce-pas? – et que le UK se débrouille pas mal finalement, avec sa campagne de vaccination? Eh bien les activistes de Led By Donkey vous ont préparé une Timeline of Failure (une chronologie de l’échec) pour vous montrer comment le gouvernement de Boris Johnson a pris les mauvaises décisions à chaque tournant, ignorant leurs propres conseillers scientifiques, les avertissements de l’OMS et les propositions d’aide de l’Europe. Affligeant.

Je n’ai pas été au centre de Londres depuis un an, mais dès que j’y remets les pieds, j’irai voir le National Covid Memorial Wall et ses milliers de coeurs.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.